Le Cloud-computing : la mort de l’informatique traditionnelle ?

Le concept de Cloud-computing

Le concept de Cloud-computing (informatique via Internet) est de plus en plus présent dans l’actualité informatique, et l’on voit de plus en plus de solutions « Cloud » se répandre chez les offres des hébergeurs. Ce terme se rapproche des « web applications » par son mode de fonctionnement et sa finalité.

Derrière cette appellation se dessine une réalité encore très floue. Le terme de « nuage », se rapportant conceptuellement à Internet, où chacun se fait utilisateur, concepteur, récepteur et émetteur reste imprécis. On pourrait dès lors parler, pour donner une idée un peu plus claire, de mise en réseau de toutes les ressources informatique à l’échelle mondiale.

Qu’est-ce que le Cloud-computing ?

L’objectif du Cloud-computing est d’externaliser l’ensemble des ressources informatiques. Il s’agit, autrement dit, de déployer les ressources à partir de serveurs, en passant, du coté client, par un navigateur et une connexion rapide à Internet. Toute ressource serait alors en ligne, qu’il s’agisse de stockage de données, de puissance de calcul ou d’édition de documents.

Peut-on imaginer alors ce que sera l’avenir de l’informatique, avec la perspective qu’offre le Cloud-computing ?

L’ordinateur tel qu’il se présente aujourd’hui, avec ses capacités de stockage en augmentation permanente, sa puissance surdéveloppée, sa pléiade de logiciels, serait tout simplement obsolète. Il suffirait en quelque sorte de posséder un ordinateur léger (tel que les Netbooks ou les EEEPC, par exemple) et d’une connexion très rapide pour accéder à l’ensemble des outils informatiques. Plus de logiciels, plus d’installations rébarbatives, plus de gestions complexes de disques… c’est en quelque sorte le « tout en ligne ».

En ce sens, on peut voir dans l’avènement des modes ASP et SaaS une grande avancée technique et conceptuelle qui ont conduit à la naissance du « nuage ». On peut aller jusqu’à voir dans ces modes les prémices d’une nouvelle idée de l’informatique.

Dell, Microsoft, Google, IBM, Amazon et dernièrement Microsoft, se sont lancés dans le Cloud-computing. Microsoft a en effet imaginé un système pour facturer le matériel informatique et les logiciels en fonction de l’usage exact qui en est fait.

Alors puisque le monde de l’informatique est en pleine mutation, puisque les plus grands ont été séduits par le Cloud-computing et qu’ils se lancent dans de vastes projets, l’ordinateur traditionnel, et l’informatique dans son essence même devraient connaître une renaissance.

La mort annoncée n’est pourtant pas à notre porte et l’ordinateur traditionnel connaît encore un franc succès. Le Cloud-computing apparu depuis le début des années 2000 n’a pas empêché les constructeurs de développer toujours plus la puissance des machines. Certains diront peut-être qu’il s’agit là des derniers soubresauts d’un mourrant. Il reste cependant que face à ces possibilités, il serait peut être bon de remettre en cause cette frénésie de puissance qui rend obsolète le moindre ordinateur dès les premiers mois de sa vie. Par ailleurs, selon l’institut GfK, 500 000 Netbooks auraient été achetés en France en 2008, soit 1 ordinateur par minute. L’utilisateur ne mise plus sur la puissance mais sur la flexibilité et la mobilité. Une telle évolution montre la volonté de changement des utilisateurs et le frémissement de cette révolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *